La maïeusthésie

psychologie de la pertinence

Tout est juste en soi

Il s'agit d'une nouvelle approche thérapeutique et de communication, fondée par Thierry Tournebise.

Celui-ci a développé son expérience en psychothérapie depuis 1979.
Formateur auprès de personnel soignant depuis 1988, il a écrit plusieurs ouvrages et de nombreux articles en libre accès sur son site : https://www.maieusthesie.com/

Le mot Maïeusthésie signifie « sentir, percevoir » : être sensible à la naissance du soi. Ce qui signifie que l’on devient sensible et conscient du processus de naissance à soi-même au cours de la thérapie.

La Maïeusthésie est basée sur le fait de réhabiliter, de faire “naître” les parts de soi (êtres de soi) restées en attente dans son histoire personnelle ou familiale.
Les zones de l’existence ici visitées concernent aussi bien l’actuel que le passé récent ou ancien, l’enfance, la naissance, le prénatal, le transgénérationnel ou le systémique.

Un accompagnement thérapeutique en Maïeusthésie va permettre à la personne de faire naître à sa conscience

ce qui n’a pas été entendu en elle et qui se manifeste en général par un symptôme.
L’une des principales spécificités de la Maïeusthésie est de considérer le symptôme comme étant là spécialement pour nous et non pas contre nous.
Ce point est fondamental par rapport à une approche psychologique qui prône qu'on se rappelle de l’événement traumatisant pour pouvoir en guérir.
Suivre le fil de ce symptôme grâce au guidage du thérapeute permet d’arriver à ce qui appelle en soi et qui n’était pas conscient.
On ne cherche donc pas à éliminer ou modifier quoi que ce soit.
Le symptôme nous permet de rejoindre ce qui se vit en soi, de rencontrer et prendre la mesure du ressenti qui a été éprouvé.
C’est précisément cette façon de faire, avec une très grande délicatesse de cheminement, qui est thérapeutique et qui permet un apaisement rapide et durable.
Et le symptôme naturellement n’est plus nécessaire.

Un autre point fondamental en Maïeusthésie est que l'attention est portée sur l'individu qui a vécu l'histoire

et non pas sur l’histoire qui est racontée.
En cela le praticien invite à une rencontre.
Il accompagne celui que l’on est aujourd’hui à rencontrer celui qu’on était (qui a vécu l'histoire) en le nommant comme étant distinct.
On accède ainsi à des informations qui ne sont pas de l’ordre du souvenir.
Et l’expérience montre que l’effet thérapeutique vient plus profondément quand c’est le vécu ressenti qui est exprimé.
Effectivement, un individu peut rabâcher son histoire sans pour autant se « rapprocher » de celui qu’il était qui l'a vécu...
Cela nous amène à souligner qu’en Maïeusthésie on considère que la personne que l’on est aujourd’hui est issue de tous les êtres qu’elle a été et aussi de tous les êtres dont elle est issue (parents, grands parents…).
Il n’y a pas de notion de temps et d’espace dans la psyché et c’est en cela qu’un être de nous souffrant, souffre dans un éternel présent tant que nous ne l’avons pas rencontré.

Pour conclure, la Maïeusthésie est libre de toute école de pensée et est théorisée avec une grande précision.

Elle se situe au sein des psychologies existantes. Elle est humaniste et intégrative car elle tient compte de nombreuses approches telles que :

- Psychanalyse (Karl Jung, Donald Wood Winnicott).
- Psychologie existentielle et humaniste (Karl Jaspers, Carl Rogers, Abraham Maslow, Rollo May).
- Focusing (Eugène Gendlin). Cognitivisme (Jerome Bruner).
- Psychocorporel (Gerda Boyesen).
- Gestalt thérapie (Fritz Perls, Laura Perls et Paul Goodman).
- Haptonomie (Franz Veldman).

La Maïeusthésie ne peut être assimilée à aucune de ces approches, et réciproquement. Cependant nous trouverons des similitudes car de nombreux praticiens ont pointé des éléments majeurs qu’il est naturel de retrouver.